Tiers Ordre

Calendrier des rencontres 2017-2018

CALENDRIER

DES RENCONTRES DE LA FRATERNITE

2017-2018

Samedi 23 septembre : à partir de midi, rencontre festive chez Isabelle

Samedi 30 septembre : journée de rentrée.

Samedi 21 octobre : matinée ou après-midi.

Samedi 18 novembre : matinée ou après-midi.

Vendredi, Samedi, Dimanche 24-26 novembre : Marché de Noël.

Samedi 2 décembre : journée.

Samedi 30 décembre : fête de fin d’année au couvent.

Samedi 13 janvier : matinée ou après-midi.

Samedi 10 février : matinée ou après-midi.

Lundi 19-au Vendredi 23 mars : Retraite (Timadeuc).

Samedi 14 avril : matinée ou après-midi.

Dimanche 22 avril : pèlerinage à Porcaro.

Samedi 5 mai : journée.

Vendredi 15 Samedi 16 juin : Bilan et programmation à Bellefontaine.

Samedi 30 juin : rencontre festive chez MarieLine.



Histoire du Tiers-Odre

Fondation


Depuis l'arrivée des frères Carmes à Nantes, nombreux sont les laïcs qui ont demandé de mieux connaître la spiritualité du Carmel et de pouvoir en inspirer leur vie. Plusieurs d'entre eux, en diverses occasions, ont reçu le Scapulaire de Notre Dame du Mont Carmel. Le 18 décembre 2001, le Prieur Général, avec l'accord de l'évêque de Nantes, Monseigneur Georges Soubrier, a érigé en Confrérie du Scapulaire tous ces membres.

Le Recteur Yves Durand dans son livre "Un couvent dans la Ville - Les Grands Carmes de Nantes", à plusieurs reprises, parle de l'importance et du rayonnement des Confréries, ayant leur siège dans l'ancienne église des Carmes et en particulier de celle dédiée à la Mère de Dieu.

D'autres laïcs ont souhaité s'engager davantage dans la famille carmélitaine, s'associant au Tiers-Ordre Carmélitain. Le 25 décembre 2001, avec l'accord de l'évêque de Nantes, Monseigneur Georges Soubrier, le Prieur Général, Frère Joseph Chalmers a érigé la Fraternité "Notre Dame de Lumières" du Tiers-Ordre Carmélitain dans l'église du même titre à Nantes.

 

Premiers engagements


Depuis octobre 1999, des laïcs se sont mis en route vers cet objectif. Durant une première année, conduits par le frère Joseph Abad, ils découvrent le Carmel, sa vie et sa spiritualité.

Chaque mois, une rencontre, prévoyant un temps de prière et un moment de formation et d'échange, permet à chacun de mûrir le désir de mieux connaître ce que le Carmel propose à leur vie et de pouvoir ainsi s'engager dans une forme appropriée à leur état séculier.

En octobre 2000, le frère Gianfranco prend la relève et accompagne le groupe dans l'étude de la Règle du Tiers-Ordre en approfondissant les points les plus importants : la contemplation et la prière, la fraternité et le service apostolique. Au mois de juin 2001, avec le concours de tous, les frères ont rédigé les Statuts de la Fraternité.

A partir du mois d'octobre 2001, les candidats tout en continuant à étudier et à approfondir la Règle, dans leurs rencontres mensuelles, se sont aussi préparés à l'engagement de la profession dans le Tiers-Ordre par des entretiens spécifiques.

Le 2 février 2002, fête de la Présentation de Jésus au Temple, la famille carmélitaine nantaise a vécu une grande journée de fête, avec la profession des premiers membres de la Fraternité.

Ce jour là, la communauté des frères Carmes au complet, avec la présence de Jean-Pierre Sumbu Lotsima qui venait d'arriver de la République Démocratique du Congo, a assisté à la célébration eucharistique présidée par le Frère Gianfranco Maria Tuveri, Délégué Général de France, qui a reçu les professions des nouveaux tertiaires. Avec tous les membres en formation de la Fraternité, une centaine d'amis et d'invités de frères qui allaient s'engager dans la profession a voulu s'unir à cette priante célébration.

Après l'homélie, le Délégué a béni les Scapulaires et les manteaux blancs. Le Prieur, frère Klaus a appelé ceux qui devaient recevoir le Scapulaire.

Ensuite,  les frères qui devaient faire la profession ont reçu le manteau blanc de l'Ordre des mains du Prieur.

Les frères Carmes présents aidèrent les nouveaux profès à revêtir l'habit de l'Ordre. Alors que le Délégué disait: «Frères et Sœurs, que ce manteau blanc soit pour vous un symbole de pureté intérieure et de conversion à une vie sainte, afin qu'au jour du jugement, quand le Christ reviendra, Il vous accorde de paraître devant Lui au milieu de la foule des Saints qui ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l'Agneau. »

Puis il a remis à chacun la Règle et les Statuts en disant: «Recevez la Règle et les Statuts de la Fraternité Notre Dame de Lumières du Tiers-Ordre Carmélitain. Observez-les fidèlement pour parvenir à la charité parfaite. » Les nouveaux profès apposaient leur signature sur le Registre de la Fraternité, et le Délégué, au nom de l'Ordre, donnait à tous l'accolade fraternelle.

A la fin de la célébration, tout le monde est parti avec une grande joie et le souvenir d'une belle expérience de fraternité carmélitaine.

 

Le premier conseil de la fraternité


Le 3 mars 2002, au cours de sa journée de récollection trimestrielle, à la paroisse Saint-Joseph d'Angers, la fraternité a procédé à l'élection du Conseil de la Fraternité. Les nouveaux profès, les seuls ayant droit au vote, ont procédé à l'élection des membres du Conseil, composé comme suit:

Prieure : Marie-Hélène Perrais. Infirmière retraitée, Nantaise depuis toujours.

Vice-prieure : Marie-Thérèse Avrillon, retraitée, Nantaise depuis 1984.

Responsable de la formation : Suzanne Gaboriau. Infirmière retraitée, originaire de Vendée, elle habite Nantes depuis de nombreuses années.

Trésorière : Geneviève Vurpillot, retraitée, Nantaise depuis 1975,

Secrétaire : Annie Boussardon, retraitée, Nantaise depuis 1984.

 

Nouvelle profession et premières professions définitives


Le 17 mai 2003, un nouveau membre s’est engagé.

Le 17 octobre de la même année ont lieu les premiers engagements définitifs pendant la messe communautaire de 18 heures.

Les deux confrères, après un temps de préparation à la sainte Baume, dans l’ombre silencieuse de sainte Marie-Madeleine, ont pu prononcer leur engagement définitif dans les mains du Frère Klaus, Délégué Général de notre Ordre en France.

Après l’émouvante célébration, la fraternité et la communauté carmélitaine ont partagé leur dîner dans un climat de grande joie, qui a contribué à approfondir les liens fraternels de la famille carmélitaine.

 

La Fraternité au fil des années


février 2005 – février, mai, juillet 2006 – mai 2007 – février 2008 – février, mars 2007 – janvier 2009 – février, mai 2010 : la Fraternité vit des moments forts : la remise du Scapulaire aux nouveaux membres, les renouvellements d’engagements, les engagements définitifs. Ce sont des grands moments de partage avec la Communauté, les familles et amis.

profession TOC Nantes

Le 23 janvier 2009, Mare Thérèse nous quittait et remettait sa vie dans les mains du Seigneur.

M.T.- Avrillon

Dès la fondation du Tiers Ordre Carmélitain, Marie Thérèse s’engagea. Elle prononçait ses vœux définitifs le 5 février 2005.

Marie Thérèse fut pour notre Fraternité notre aînée, persévérante, volontaire et franche, elle nous motivait. Par son humilité, sa patience, sa sagesse, ses conseils et sa grande délicatesse envers chacun, elle nous donnait l’exemple d’une vie entièrement remplie de la spiritualité Carmélitaine.

Sa foi et son espérance étaient profondes, son amour pour Jésus débordant.

Cet amour de Dieu a profondément marqué sa vie. En lui donnant rendez-vous régulièrement, comme Marie Thérèse le disait, elle avançait dans sa relation avec le Seigneur de plus en plus jusqu’à se rendre compte que cette vie avec Dieu la menait au-delà de ses connaissances et de ses forces.

Marie Thérèse sentait de plus en plus ce manque d’Amour de Dieu dans nos vies ; en découvrant ce Dieu d’Amour, elle voulait tout faire pour que les autres découvrent eux aussi cet Amour.

Dans son homélie lors de la messe d’adieux, Frère Klaus nous rappelait : « Tout au long de sa vie, Marie Thérèse fut précieuse pour beaucoup de personnes et sa place parmi nous restera bien vide dans l’avenir »

A la suite de Marie Thérèse, à son exemple, puissions-nous vivre cet Amour de Dieu au plus profond de nos vies. « Dieu est Amour ». Merci Marie Thérèse.

 

La vie en  Fraternité


Actuellement, les rencontres mensuelles regroupent 19 membres et, de nouveaux regardants.

Elle s’organise autour de rencontres mensuelles, mais aussi de pèlerinages, retraites et temps de partage amicaux.

Des enseignements approfondis sont dispensés par Frère Gianfranco Maria Tuveri ; entre autres, les éléments fondamentaux de la spiritualité carmélitaine, l’Eucharistie, la liturgie des heures, la lectio divina, Ste Thérèse de l’Enfant Jésus, le prophète Elie, la messe au fil des rites...

En fin d’hiver, une retraite de 5 jours se déroule dans une abbaye. Les participants peuvent ne pas être membres de la Fraternité.

En 2010, une retraite pèlerinage a été faite sur les pas de Ste Thérèse de l’Enfant Jésus et de sa famille ; en 2011, à l’Abbaye de Timadeuc, la retraite a été animée par Frère Terence.

En 2012, le thème de la retraite qui a également eu lieu à l’Abbaye de Timadeuc était le Scapulaire de Notre Dame du Mont Carmel.

Timadeuc 8 mars 12

En mars de chaque année, un pèlerinage d’une journée à Porcaro se tient en mémoire Madeleine Morice, Tertiaire Carmélitaine du XVIII siècle.

DSCN0926coup

En mars 2011, élection du conseil composé de trois  personnes,  une Prieure (Marie-Hélène Perrais) et deux membres du conseil (Gwenn de Rochefort et Martine Piveteau).

En mars 2014, un nouveau Conseil a été élu: Prieure 'Marie-Thérèse Foucault, et deux Conseillères: Marie-Line Tromas et Geneviève Vurpillot.

Présentation du Tiers-Ordre

{mosimages}

"Le Tiers-Ordre de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel est une Association de laïcs qui, répondant à l'appel personnel de Dieu, s'engagent librement et délibérément à vivre l'Evangile selon l'esprit de l'Ordre Carmélitain et sous sa direction." (Règle du Tiers-Ordre, n.1)

"Dans le Corps Mystique du Christ qui est l'Église, l'unique et même Esprit a suscité à bien des reprises une variété de dons et de charismes dans les nombreuses familles religieuses, qui assurent à leurs membres le secours d'une plus grande stabilité dans leur manière de vivre la charité, d'une doctrine éprouvée pour atteindre la perfection et d'une communion fraternelle dans la milice du Christ." (Règle du Tiers-Ordre, n. 8)

"Certains laïcs, à cause d'un appel spécial, partagent le charisme des familles religieuses. Ce charisme est l'héritage commun du Peuple de Dieu et il devient pour eux une source de force et une école de vie. L'Église approuve ces charismes et donne encouragement en invitant les laïcs à essayer fidèlement d'adopter les caractéristiques spéciales de la vie spirituelle propre à ces familles. Ainsi ils peuvent être aidés dans la tâche qui leur revient directement, qui est d'illuminer et de donner aux choses temporelles leur vraie valeur, pour qu'elles puissent être accomplies selon l'Esprit du Christ, grandir et louer le Créateur et le Rédempteur, dans le monde sécularisé qui vit et agit comme si Dieu n'existait pas." (Règle du Tiers-Ordre, n. 9)

"L'Ordre du Carmel, présent dans le corps ecclésial avec ses religieux, ses religieuses de vie contemplative et les religieuses de vie active, offre aux laïcs les richesses de sa propre spiritualité et de sa tradition ; il leur donne d'être enfants de la même famille, participants de la même vocation à la sainteté et de la même mission ; ils partagent de même les avantages spirituels de l'Ordre et toutes les bonnes oeuvres accomplies soit par les religieux et les religieuses, soit par les tertiaires à travers le monde entier." Règle du Tiers-Ordre, n.12)

Outre les laïcs, les prêtres diocésains aussi peuvent faire partie du Tiers-Ordre. Ils trouverons dans le charisme carmélitain une aide ultérieure pour vivre leur vie spirituelle et pour accomplir de manière plus efficace leur mission dans le monde et dans l'Église.

Le lien fondamental du tertiaire est la profession, par laquelle, selon une ancienne tradition, ils peuvent aussi prononcer les vœux de chasteté et d'obéissance selon les obligations propres à leur vocation de se consacrer plus profondément à Dieu.

Les Tertiaires, dans l'Esprit de l'Ordre, s'efforcent de vivre selon son charisme d'écoute silencieuse de la Parole de Dieu par la lectio divina. Selon la tradition constante du Carmel, ils cultivent surtout la prière dans ses formes diverses et trouvent dans la Vierge Marie et le prophète Élie des figures inspiratrices de leur vie.

Ce groupe de laïcs commence son histoire avec le Prieur Général Jean Soreth par la bulle "Cum Nulla" du Pape Nicolas V, en 1452. Actuellement le Tiers-Ordre du Carmel compte d'importantes fraternités dans de nombreux pays du monde. Dans les dernières années, il est à souligner un important mouvement de réveil dans plusieurs pays comme les États-Unis, l'Italie, les Philippines et l'Indonésie.

En France, jusqu'à la Révolution, existaient de nombreuses fraternités ; quelques unes ont évolué et après la tempête se sont organisées en congrégation religieuse de vie apostolique comme les Sœurs de la Providence de la Pommeraye.

En revenant en France en 1989, les Frères Carmes se devaient de reprendre ce lien fécond avec les laïcs. C'est ainsi qu'à la demande de ces derniers, après un temps de formation, des fraternités commencent à se constituer.

La première fraternité a été érigée dans le diocèse de Toulon, le 24 janvier 1992. Elle est accompagnée par les Travailleuses Missionnaires de l'Immaculée et suit les Statuts de la Famille "Donum Dei". Le dimanche 9 février 1992, les premiers membres, Jean-Claude et Nicole Crestou, Pierre et Malia Salaün-Penquer, Jean-Louis et Bernadette Van Kelst, après trois ans de préparation, faisaient leur engagement dans le Tiers-Ordre. D'autres ont suivi.

Le 25 décembre 2001, a été érigée la Fraternité "Notre Dame de Lumières" dans l'église de Nantes.